Tout voyage qui commence prend fin un jour. Et pour nous, après 18 jours, cette fin approche. On rêve de bout du monde et lorsque l'on y est, on pense à chez soi, à la famille qui nous attend, à une bonne brochette de saucisses merguez avec une salade de tomate, huile d'olive et basilic. Un p'tit rouge gouleyant avec un poulet frites à partager avec les copains sur la terrasse, un p'tit Muscadet sur lie au comptoir d'un bar avec des vrais gâteaux apéro...

Enfin, on était pas venus faire du tourisme touristique. Nous sommes venus chercher notre fille et profiter de ce voyage pour rencontrer le pays de notre fille. Cela s'est cantonné à Canton, mais malgré ça, nous sommes content. De toute façon, nous ne pouvions tout voir de ce pays. Nous reviendrons voir les campagnes et les montagnes, nous irons marcher sur la grande muraille et nous perdre dans la cité interdite. Nous irons flâner sur les places de Beijing et faire des affaires dans les hypersuperméga marchés à la Chinoise. Nous visiterons les temples bouddhistes et on ira au Tibet.

Ce matin alors que nous marchions sur la promenade des quais, nous nous sommes fais accoster par un moine bouddhiste(ou un vendeur à la sauvette bien déguisé en moine). Il a passé un bracelet au poignet de Virginie qui répéter " mais qu'est ce qu'il me fait, mais qu'est ce qu'il me fait". Puis il a insisté pour passer un bouddha autour du coup de Laly (genre breloque en pâte de verre). Nous avons céder et on a dit : " une bonne action ??? ". Le tout pour 2 €. Peut être un marchand plus malin que les autres ou un signe de nos chers disparus dont nous parlions ce matin avant de partir en promenade. Qui sait ? C'est sûrement cela qu'on appelle "les mystères de l'Orient"...

En ce moment même, miss Laly fait son foin dans la chambre en faisant le clown devant la glace et la Maman roupille pour récupérer de la nuit. Celle ci s'est pourtant bien passée : j'entends du bruit à la porte, ça tape, ça bouge la poignée. Il me faut un moment avant d'émerger et de comprendre que c'est à notre porte de chambre qu'on en veut. Je me lève, tout le monde dort. J'ai oublié le réveil et c'est les femmes de ménage qui insistent ??? J'entends parler derrière la porte, en Français : " t'es sûr que c'est cette porte, ça se trouve y'a du monde" Et moi qui grogne "bien sur y'a du monde". J'ouvre et me retrouve face à un couple à qui je dis "c'est pas grave, c'est pas grave." Et la femme de répondre : " c'est bien la 1601". Oui madame, c'est la 1601 et j'en ai encore pour 2 jours, alors soit vous patientez devant, soit vous retournez à l'accueil qu'ils vous filent une autre chambre. J'y suis, j'y reste. Je répète alors mon leit motiv " c'est pas grave". Et la dame, "ben si c'est grave, à cette heure ci, c'est grave". Ah bon, mais il est qu'elle heure alors. En retournant dans mon lit, je regarde le téléphone. Quoi, il est minuit dix. C'est méga grave oui, de me réveiller à cette heure indue de la nuit. Pas de bobo, les filles dorment encore. Laly ne se réveillera qu'à 6h30 pour le bib et se rendort entre nous. C'est bon la journée peu démarrer.